Vous connaissez la technologie « nanosilver » ?
Un communiqué scientifique des élèves de T°S

Cet article est proposé par les élèves suivant la spécialité physique en Terminale Scientifique. Dans le cadre d’un travail sur les nanomatériaux, travail axé sur les compétences « extraire des informations et communiquer « . les élèves ont voté en interne via scolastance et classé les sept articles proposés.

M-N Guhl


Communiqué scientifique des élèves de Terminale S – spécialité Physique-chimie

De l’argent jusque dans nos chaussettes.
Les phéniciens avaient constaté une meilleure conservation de l’eau, du vin, des aliments dans des récipients en argent et son effet favorable à la santé. Depuis longtemps, l’argent est utilisé en photographie et il est connu comme très bon conducteur et catalyseur.
Aujourd’hui, les applications biocides des ions argent Ag + sont en plein développement. On trouve des nanoparticules d’argent de quelques milliardièmes de mètres un peu partout : dans le domaine médical (pansements activant la cicatrisation ….), le textile (chaussettes, vêtements de sport, etc.), l’électroménager (paroi intérieure de réfrigérateur, touche nanosilver d’un lave-linge), serpillières, revêtement extérieur de mobilier destiné aux collectivités, etc.
Des atomes d’argent sont injectés ou fabriqués sur place en amas de géométrie très particulière dans le matériau élaboré et ils se transformeront lentement en ions Ag + par oxydation sous l’action de l’air et de l’humidité. L’effet est donc toujours présent au bout d’un certain nombre de lavages pour les textiles, tant qu’il reste des amas d’atomes d’argent en réserve. Ces ions argent ont une activité antibactérienne : finies les infections, la prolifération des microbes mais aussi les mauvaises odeurs, la décoloration des tissus sous l’effet de la transpiration… L’action de ces ions est aujourd’hui assez bien comprise et modélisée : elle se situe au niveau de la paroi des cellules et de l’ADN des micro-organismes à détruire.
Industriels, économistes, scientifiques mettent beaucoup d’espoir, de financement et de recherches dans cette nanotechnologie argentique. La demande en argent augmente. Mais ces nanoparticules sont-elles toxiques pour les cellules des mammifères, des végétaux et pour les bactéries du sol ? Vue leur petite taille, elles franchissent inévitablement la peau de leur utilisateur.
Malgré les risques soupçonnés, l’argent nanométrique est largement diffusé. Le consommateur va-t-il se passer de chaussettes qui sentent moins mauvais, d’une lessive à plus basse température donc
d’économies ?

Encore une raison de plus d’être un consommateur averti car informé et responsable !

Cet article a été choisi par les élèves eux-mêmes parmi les 7 proposés
lors d’un travail avec Mme GUHL en spécialité physique-chimie en terminale S
dans le cadre du thème : matériaux innovants et nanotechnologies.