Le 16 mars : voyage d’étude au camp d’Auschwitz

Les élèves de première L et de première option Langue régionale d’Alsace (LRA) mènent un important travail sur la Seconde Guerre mondiale et tout particulièrement sur le devenir des familles juives de Bouxwiller, et, la Shoah. Certains élèves ont travaillé sur ce sujet dans le cadre de leur TPE (travaux personnels encadrés), d’autres en feront un thème de leur dossier de LRA. Plusieurs moments importants ont déjà permis aux élèves, très intéressés par le sujet, d’aborder cette période si dramatique de notre histoire contemporaine : l’intervention en classe de Gilbert Weil, fondateur du musée judéo-alsacien de Bouxwiller, le cours d’Audrey Kichelewski, maître de conférences à l’université de Strasbourg sur la Shoah, les visites de cimetières locaux.

Afin d’approfondir encore ce travail, une demande a été déposée par l’équipe éducative pour faire participer également ces élèves à un voyage à Auschwitz. La grande qualité pédagogique du dossier présenté a permis aux élèves d’être retenus pour se rendre à Auschwitz le 16 mars. Afin de préparer ce voyage, financé en partie par le Mémorial de la Shoah, une visite a été organisée dans ce musée à Paris le 2 février dernier. Celle-ci a permis aux élèves de découvrir le Mur des noms, la crypte du Mémorial de la Shoah, la maquette du ghetto de Varsovie ainsi que le mur des photos des enfants déportés. Des moments forts pour les élèves qui leur ont permis d’approfondir leurs connaissances sur cette période noire de l’Histoire. Un moment très émouvant a marqué la conclusion de cette visite : la rencontre avec Arlette et Charles Testyler. Tous deux rescapés de la Shoah, ils ont témoigné de leur histoire durant la guerre. Histoire qu’ils ont également publiée dans un livre intitulé « Les enfants aussi ! »

A l’instar de Clémence, qui précise d’emblée être «hyper sensible» : « J’ai été très touchée par la visite du Mémorial. En tant qu’élève, on étudie la guerre. On parle de morts dans les livres, mais pour moi ce n’était que des chiffres. Là, on s’est retrouvé face à des personnes qui ont vécu ça et cela apporte une tout autre vision. » Fanny aussi dit avoir été «touchée ». « J’ai lu plusieurs livres, mais cela n’a rien à voir avec le témoignage de personnes qui ont vécu ces événements. » « On se rend mieux compte de cette barbarie », ajoute Elsa.

La démarche s’inscrit dans le cadre aussi de l’EMC, du vivre ensemble et de la tolérance à l’égard de l’autre. Elle a débuté à une échelle locale, la région de Bouxwiller ayant connu dans le passé la présence d’une forte communauté juive, une échelle régionale, le « Judenrein » alsacien, et bien sûr à une échelle européenne avec les déportations vers Auschwitz mais aussi Majdanek;… « destinations » malheureusement présentes sur des tombes juives et des plaques commémoratives de victimes locales de la Shoah du Pays de Hanau.

Le groupe d’élèves de Première L et de Première LRA

Le mardi 16 mars le groupe d’élève s’est donc rendu à Auschwitz. Nous vous invitons à découvrir en images sur cette journée très riche en émotions et en souvenirs.

Laurence Jost-Lienhard,
Professeur d’Histoire-Géographie

Le départ à l’aéroport de Strasbourg

La matinée : Auschwitz Birkenau

Les lieux d’arrivée des déportés, à quelques centaines de mètres du camp d’Auschwitz Birkenau

Arrivée des trains – Auschwitz Birkenau

L’entrée d’Auschwitz Birkenau

La sortie des trains et la « sélection » présentées par nos guides durant toute la journée : Thierry FLAVIAN du Mémorial de la Shoah et Thérésa Wrona (guide polonaise)

Devant les fours crématoires détruits par les nazis à la fin de la guerre.

Les ruines d’une chambre à gaz

Une partie du camp des femmes

.

.

Une collection de photographies de famille retrouvées au camp

.

L’après-midi : Auschwitz I

La tristement célèbre entrée du camp d’Auschwitz I.

Avant d’être transformés en camp de concentration, ces bâtiments étaient une caserne de l’armée polonaise.

La visite des différents bâtiments qui servent aujourd’hui de musée.

Les affaires et effets personnels de milliers de personnes ont été retrouvés à l’issue de la guerre.

.

Des dizaines de milliers de paires de chaussures.

.

Chaque bâtiment est numéroté. Ici , l’entrée de l’infirmerie.

Les portraits des déportés photographiés à leur arrivée au camp.

.